Anna Kendrick France

EST 2013 | your French source for all things Anna Kendrick
12/19/2016

Nous continuons à vous partager les dernières traductions des interviews d’Anna, ici retrouver son interview pour Playboy.

Q1
Quand as-tu réalisé que tu n’étais désormais plus une jeune femme luttant pour aligner les deux bouts dans un trou perdu de Los Angeles ?

Des trucs bizarres vont déclencher cette sensation de “Putain ! Comment j’en suis arrivée là ?” Ce sera par exemple en allant chez le médecin. Je me souviens très clairement de quand j’avais 19 ans, que je n’avais pas d’assurance maladie et que j’ai déménagé à Los Angeles. J’avais besoin d’aller chez un docteur, et c’était vraiment beaucoup plus cher que ce à quoi je m’attendais. Maintenant quand j’y vais et que je dois payer 70$, je me dis, “Ouais, j’honore ce cabinet médical !” Je me souviens clairement ne pas avoir 70$ en poche.

Q2
Dans ton nouveau livre, Scrappy Little Nobody, tu dis avoir compris que tu étais folle à un très jeune âge. Pourquoi tu n’as jamais consulté un spécialiste ?

Je ne me suis jamais sentie normale, mais je crois qu’en fait c’est un sentiment beaucoup plus commun que je ne le pensais. Honnêtement, je n’ai jamais consulté de psy parce que je pensais que c’était l’une des nombreuses choses que je comprendrais magiquement et avec lesquelles je saurais quoi faire quand je serais adulte, mais ce n’est pas le cas. Je pensais qu’on m’expliquerait beaucoup de choses. Comme quand j’avais 25 ans, je voulais acheter une couverture. Pourquoi personne ne m’a prévenu que les couvertures font partie des trucs les plus chers du monde ? Les gens vendent des couvertures à 10 000$, comme si c’était totalement normal. Pourquoi on ne le précise pas à un moment dans la vie ? “Oh, au fait, les gens vont essayer de te vendre des couvertures qui coûtent si cher que t’auras envie de casser une vitre.

Q3
Tu as maintenant 31 ans. Te sens-tu plus jeune que tu ne l’es vraiment ?

Dans mon cœur, je me sens comme une petite vieille. Je suis très grincheuse et grisonnante, mais en même temps vraiment immature. Je suis donc le pire d’une enfant, et le pire d’une vieille dame. Un vrai cadeau quoi.

Q4
Tu as également dit que étais une “ loseuse bruyante et hyperactive.” Était-ce dur de publier des mots aussi sévères à ton propos ?

J’imagine que le meilleur que je puisse espérer, c’est que les gens se retrouvent dans ce sentiment. Si tu ne peux pas imaginer trop réfléchir, je ne sais pas comment on peut se connecter. Je parle trop.Quand j’essaye de trouver quoi faire à propos de quelque chose, je vais casser les oreilles de quelqu’un. Je comprends qu’ils aient envie de me frapper pour que je la ferme.Q5
Tes parents ont divorcé quand tu avais 15 ans. Pourquoi tu n’en as pas parlé dans le livre ?

Honnêtement, ça faisait partie des nombreuses choses dont je voulais parler, mais ça finissait… mal. Ça ressemblait plus à un rapport de police qu’à un chapitre. Le miracle dans cette situation, c’est que mes parents étaient très courtois et respectueux tout au long de la procédure. Ça m’a donné une idée différente du divorce. S’ils étaient restés ensemble et avaient été malheureux, ça aurait foutu en l’air mon idée de ce à quoi doit ressembler le mariage. Je suis vraiment pro-divorce. Je sais que ça a l’air fou, mais Louis C.K. a fait cet écrit génial, sur pourquoi le divorce ne devrait jamais être triste. On ne voit jamais des couples follement amoureux et parfaits l’un pour l’autre divorcer.Q6
Tu as dit que tu ne sentais pas que tu méritais ce succès. Pourquoi ?

Ce n’est pas que je sentais que je ne le méritais pas ; c’est juste que je m’étais habituée à l’idée que certaines personnes sont meilleures. J’apprends tous les jours, encore et encore, qu’on est tous pareils. Vraiment, c’est juste que je voulais arriver à payer les factures en faisant ce que j’aime et, idéalement, sans avoir de deuxième boulot. C’était le plus grand rêve que je m’étais autorisée à avoir.

Q7
Tu as chanté et joué à Broadway et dans des films comme Pitch Perfect et Into the Woods. Qu’est-ce qui est le plus étrange, te regarder en train de chanter ou en train de jouer ?

En grandissant, des gens m’avaient dit que je devrais chanter dans une chorale ou un truc comme ça, mais c’était plus comme remède au fait que, putain, j’arrêtais jamais de chanter. J’adorais hurler des chansons. Si j’avais continué à chanter comme ça, j’aurais perdu ma voix avant d’avoir sept ans. Je pense que c’est moins bizarre de me regarder en train de chanter plutôt qu’en train de jouer la comédie. Quand je me regarde en train de chanter, je peux apprécier la musique parce que ça n’est pas moi qui l’ai écrite. Je n’ai jamais écrit de scénarios non plus, mais il y a quelque chose de plus brut à propos de la comédie. J’ai essayé de voir l’un de mes films toute seule dans une salle de projection, et tout du long je n’arrêtais pas de penser, tu es un monstre, tu es terrible !

Q8
On dirait que chaque fois que tu fumes du cannabis, tu deviens très paranoïaque. Pourquoi ?

[Rires] Il y a environ deux ans, j’ai eu l’un de ces épisodes de parano, et depuis je n’ai plus fumé de cannabis. Je me suis sûrement souvenu de tous mes bad trips. C’était un grand passe temps. Pour je ne sais quelle raison, j’ai eu plus de mauvaises expériences que de bonnes expériences, alors je me suis dit que je ne devrais plus le faire. Je n’ai jamais été accro à quoi que ce soit. Je serais uen personne beaucoup plus intéressante si j’avais une addiction à l’OxyContin.

Q9
Tu mentionnes dans ton livre que tu as tenu un journal. Qu’as-tu écrit sur la perte de ta virginité ?

J’ai juste écrit, “Quand est-ce que je vais perdre ma virginité ? Genre, vraiment, quand est-ce que ça va m’arriver ? Comment ça va se passer ? Combien de temps, et à quel moment ça serait trop tard et je devrais rester vierge pour toujours parce que tu ne peux plus perdre ta virginité à partir d’un certain âge ?” Je me rappelle avoir littéralement écrit, “Ça arrivera à un certain moment, y aura quelqu’un sur moi, on couchera ensemble et je repenserais sûrement à ce message.” C’est un journal très mignon.

Q10
On a entendu dire que tu avais beaucoup de rêves érotiques. Quel est le plus dingue que tu aies eu ?

Oh mon Dieu, j’ai dit ça ? Je ne veux pas nommer l’acteur, mais je rêve de quelqu’un que je trouve vraiment horrible mais les autres le trouvent hyper attirant. J’ai fait deux rêves sexuels avec lui, ce qui est vraiment bizarre. Je me suis réveillée genre, mais c’était quoi ça ? Je peux faire un rêve cochon avec qui je veux, et c’est avec ce gars ? Merci beaucoup, cerveau du sommeil !

Q11
Tu es pro ou anti photos de bi*e ?

Maintenant, c’est uen question perdant-perdant pour moi. Je ne peux pas être pro, sinon je vais recevoir une tonne de photos de bi*e. Et je peux pas être anti non plus, sinon je vais recevoir une tonne de photos de bi*e. C’est juste une introduction au désastre. Une amie m’a dit qu’en allant voir un sketch, ça avait complètement changé sa perspective. Le gars disait, “Si tu penses que tu es sexy mais que tu n’as pas de photos de bi*e sur ton téléphone, tu ferais mieux de te remettre en question.” J’imagine que c’est une façon de voir les choses.

Q12
Quelle est la chanson la plus bizarre sur laquelle tu aies fait l’amour ?

Lapdance” de N.E.R.D. C’était trop imagé, et pour finir on était morts de rire. C’est une chanson très sexy, mais à la fin c’était juste…eh. Ça a fait trop de battage, et on essayait de rester dans le moment. On était genre, “Qu’est-ce qui se passe, on est dans un clip ou quoi ?

Q13
Pourquoi les scènes de baisers ou de nudité te rendent si mal à l’aise ?

C’est mécanique ; ce n’était pas l’idée de l’acteur de m’embrasser. On doit se regarder et se dire, “Je pense que c’est le moment de faire ça.” Pour les femmes, le fait que quelqu’un ait envie de t’embrasser est excitant. Si quelqu’un t’embrasse sans en avoir particulièrement envie, ça enlève tout l’intérêt. En plus, c’est au département maquillage de s’occuper des pastilles de menthe, ce qui est un peu débile. Pourquoi le département maquillage ?

Q14
Jusqu’à quel point t’identifies-tu à ton personnage strict de Up in the Air?

Je m’y suis beaucoup identifiée, mais je crois que c’est parce que c’est l’une des rares personnes en ce monde à être plus à cheval sur les règles que moi.Q15
Donner la réplique à George Clooney ?

Tout ce que tu aimerais que George Clooney soit… il l’est. J’étais nerveuse de jouer avec lui, mais il était vraiment chaleureux et m’a mise à l’aise. A ce stade, il est sûrement habitué aux personnes qui sont nerveuses autour de lui.Q16
Ton dernier film, The Accountant, est sorti en octobre. Le personnage de Ben Affleck est un autiste surdoué avec des troubles obsessionnels compulsifs. En quoi cette pathologie a affecté ton interprétation ?

Ben et Gavin O’Connor, le réalisateur, ont fait beaucoup de recherches pour ce film. Ils ont bien compris la responsabilité qu’ils avaient d’interpréter quelqu’un avec cette gamme. J’ai fait mes propres recherches pendant ma lecture du scénario, et je m’étais préparée à interagir avec Ben peu importe la façon dont il choisirait d’interpréter ce personnage. C’était tellement génial pour moi de jouer quelqu’un qui est certainement la seule personne dans la vie de cette personne à l’admirer. Elle n’est pas paniquée, elle pense juste qu’il est incroyable. Puisque le personnage de Ben est plus renfermé, ça m’a forcé à écouter plus, ce qui reste de totue façon la meilleure chose à faire en tant qu’acteur.

Q17
L’année dernière tu as chanté aux Oscars, et tu as dit que c’était l’une de tes trois expériences les plus effrayante. Une autre ?

Une fois j’étais interviewée par Letterman, parce que je n’avais jamais fait de talk show avant. Et si je m’asseyais et me mettais à crier ? Et si je me faisais avaler par l’univers ? Il est terrifiant. Il voulait que je fasse “Cups” de Pitch Perfect, et j’étais genre, “Bon, ok, tout ce qu’il veut, comme il est très mordant, que son esprit est si glacé et qu’il vaut mieux pas faire partie de ses ennemis….” Après coup, je me suis enfuie d’ici, j’ai couru à ma chambre d’hôtel et j’ai attendu que ça passe à la télé. J’étais aussi sur Twitter pendant que je le regardais, ce que je ne ferais jamais maintenant. C’est bon pour un désastre.

Q18
Allons un peu plus loin : pourquoi as-tu si peur de la mort ?

C’est comme cette chanson : “Je jure qu’il n’y a pas de paradis, mais j’espère qu’il n’y a pas d’enfer non plus.” J’ai été élevée en allant à l’église, et j’étais terrifiée à l’idée d’aller en enfer. Mes parents me disaient, “Bien sûr que tu n’iras pas en enfer. Tu es une petite fille. A quoi tu penses ?” Ils écoutaient pas quand ils ont dit que en gros, n’importe qui faisant une mauvaise chose irait brûler dans les flammes de l’enfer pour l’éternité ? Je n’étais même pas catholique, j’ai eu une éducation protestante. Je crois que la génération précédente a été si traumatisée par la culpabilité catholique qu’ils se sont tournés vers l’école épiscopale. Ils se disaient, mes enfants vont adorer l’église. Mais ils lisent toujours l’ancien testament. Donc oui, je crois que j’ai peur d’être torturée pour l’éternité. Et si l’enfer existe ? Je vais faire de bonnes actions juste au cas où.

Q19
A quel point la véritable Anna ressemble-t-elle à celle que l’on voit dans les médias ?

[Rires] Je ne sais pas. Oh bon sang, je vais pas arrêter de pisser après cet interview. Je me disais que si je mourrais et que quelqu’un allait parler à tous mes amis et connaissances, lisait tous les interviews que j’ai donné, tout ce que j’ai écrit,je ne crois pas qu’ils apprendraient quoique ce soit sur moi. Je veux dire, mon objectif n’est pas non plus que tout le monde sache vraiment qui je suis.Q20
A quoi cela ressemblait de te faire jeter du gâteau à la figure dans Table 19, qui sortira bientôt ? Dans la vraie vie, provoquerais-tu une bataille de gâteau dans une chambre ?

J’ai adoré avoir du gâteau partout sur mon visage. J’ai tweeté à l’époque que j’étais couverte de glaçage et que Lisa Kudrow avait du écarter mes cheveux pleins de glaçage de mon visage. Je vivais un fantasme des années 90. Mais oui, je pense que de la nourriture dans une chambre pourrait très bien aller, surtout avec du glaçage à la vanille. Je ne comprends pas pour le chocolat. C’est trop scatologique ; ça fait penser à du caca. Mais j’embarque totalement avec du glaçage à la vanille. J’essayais d’avoir l’air d’une dame en parlant de caca, mais je ne suis pas une dame.
1


Comments are closed.