AnnaKendrickFrance
Your French source for all about Anna Kendrick
by Alexzaoût 05 2016No Comments

Anna Kendrick pour Marie Claire UK.

‘Je préfère me rebeller plutôt que laisser les autres me marcher dessus’

Chansons, jurons… il n’y a personne d’autre comme Anna Kendrick à Hollywood. Martha Hayes a parlé gangs de filles, les castings bizarres et les breaks avec la reine de la comédie dont tout le monde rêve d’être la meilleure amie.

Anna Kendrick m’a percée à jour. « Bien sûr, » raisonne-t-elle, « Si j’étais à votre place, je me demanderais ‘Comment je vais écrire sur cette salope ?’ » Elle sait par expérience que les journalistes comme moi ont souvent un agenda, ou une ‘réplique à dire’ qui a été décidé bien avant le début de l’interview. Mais ça n’est pas bien. « Peu importe comment j’essaye de dire certaines choses en interviews, c’est quelqu’un d’autre qui écrit. Alors quand on me ressort quelque chose que j’ai dit en interview des années après, je me dis toujours, ‘J’aurais dû dire ça, mais ce journaliste essayait tellement de me faire dire ça…’ » On citera comme exemple l’auteur qu’elle a rencontré dans un bar qui a essayé de la persuader de commander de shots de ‘orgasmes bruyants’ parce qu’elle voulait que le gros titre soit : ‘Anna Kendrick a un orgasme bruyant.’ Note aux journalistes : Kendrick nous a tous percés à jour.

Le problème est qu’une personne qui interviewe une célébrité a, en moyenne, une heure pour raconter une ‘histoire’ définie. C’est un peu comme réduire la philosophie de vie d’une personne en quelques milliers de mots concis. « Ce qui est bizarre pour moi, ça voudrait dire que ma philosophie de vie vaut la peine d’être connue, » débat Kendrick. Pourtant les 5.5 millions de personnes sur Twitter qui se sont abonnées à cette ‘philosophie’, et à ses maximes passives, pense que ça en vaut la peine. « Chaque fois que je vois une collègue à moi interviewée et que le gros titre de l’article prétend que vous découvrirez en le lisant son secret du bonheur, je me dis ‘Je la connais ! Elle est géniale, intelligente, battante et passionnée… mais sa vie c’est le gros bordel.’ Alors l’idée qu’elle possède le secret du bonheur est putain d’étrange. Désolée, je dis beaucoup de gros mots. »

Mais nous ne l’échangerions pour rien au monde. Kendrick, trente ans, est en personne comme à l’écran une bouffée d’air frais, dans les rôles de filles d’à côté dans des blockbusters comme Pitch Perfect et Twilight, et en remettant les comédies musicales à la mode dans Into the Woods. Elle est un véritable tour de force : une enfant star (pas une gamine de chez Disney, mais une qui a été nominée pour un Tony Award pour High Society à Broadway quand elle n’avait que 13 ans) devenue actrice comique que nous aimerions avoir pour meilleure amie.

Nous en arrivons à ce sujet de conversation parce que Kendrick est au milieu de l’écriture d’un livre, Scrappy Little Nobody, une compilation de petites histoires autobiographiques, qui sortira plus tard cette année. « Je me suis dit que ça pourrait être sympa d’essayer de raconter certains trucs dans ma tête qui passent pas sur Twitter, » explique-t-elle. Comprenez qu’elle veut raconter son histoire à sa façon.

Après la séance photo, nous voilà assises sur un sofa usé de la chambre principale d’une maison dans l’est de Londres, si abîmée qu’elle ne sert plus que pour des photoshoots. Il est clairement usé, pas dans le genre élégant, mais avec du rembourrage qui sort du tissu. Pas que ça dérange Anna, habillée d’un jean, de bottes Balmain et d’un t-shirt avec ‘Pizza’ écrit dessus. C’est une métaphore parfaite de l’antithèse d’un interview d’une star A-liste aux cheveux brillants. Au diable les divans en plume, les suites hôtelières et l’agenda journalistique.

Pour quelqu’un d’aussi privée que Kendrick, bloquée quelques mois sur des tournages et enfermée dans sa maison à Los Angeles pour écrire était un défi, parce que raconter ses expériences pour en faire un mémoire est différent de plaisanter sur Twitter (aussi drôle et authentique soit elle : ‘Oui j’ai eu ton message, je l’ignore. Ne rend pas ça bizarre.’) Et elle ne s’est jamais autant confiée. « J’ai l’impression qu’il y a quelques exs qui ne vont pas trop aimer ça, » dit-elle. « Mais tout ce que je peux dire c’est que c’était ma perception de comment les choses ont tournées. C’est vrai que je me suis réveillée en sueur, en me disant, ‘Merde, faut que j’enlève ça. Mais à quoi je pensais ?’ Il y a des moments où je veux vraiment beaucoup censurer mais après coup je me demande, ‘Mais pourquoi je fais ça putain ?’ »

Enfiler les chaussures de mémoires honnêtes et drôles de stars comiques comme Lena Dunham, Mindy Kaling et Amy Poehler met une certaine pression à Kendrick. « Par exemple, quand je lis le livre de Lena [Not That Kind of Girl], je me disais, ‘Laisses tomber, c’est impossible.’ Qui a décidé que moi, avec aucune expérience d’écriture, devrait faire ça ? Alors j’essaye de ne pas y penser, » ajoute-t-elle, avant de railler, « J’envisage de mettre en phrase d’accroche pour mon livre : ‘Je n’ai pas d’expérience d’écriture.’ »

Le titre du livre en révèle naturellement beaucoup sur Kendrick et où elle en est dans sa vie. Embarquée dans le processus d’écriture, elle a feuilleté de vieux journaux qu’elle gardait depuis son emménagement à LA après avoir quitté son Portland natal quand elle avait 18 ans. « J’ai envoyé un message à mon grand frère Michael, paniquée. Je lui ai dit ‘Ca me manque de ne plus être une petite inconnue imparfaite, j’ai l’impression que je pouvais faire plus de trucs à l’époque.’ Et il m’a répondu, ‘Tu es toujours imparfaite, c’est juste que tu reçois plus d’emails qu’avant.’ Je crois qu’en atteignant un certain niveau de succès, ou quand vous devenez adulte, vous vous demandez, ‘Suis-je la même personne qu’avant ? Suis-je devenue complaisante, ou moins réfléchie ?’ »

La conclusion à laquelle elle en est arrivée, explique-t-elle candidement, est : « Ma personnalité a été cimentée quand j’avais trois ans, et c’était cette combinaison de bonnes et mauvaises qualités. » Se décrit-elle comme une diva ? « Quelqu’un a un jour dit à un collègue que j’étais à 10% provocante. Ce collègue n’a pas voulu me dire qui avait dit ça, mais ça m’a plu parce que c’est une qualité que j’ai toujours eu. Rien à avoir avec un comportement de diva, c’est juste que parfois j’ai tendance à être fougueuse, c’est une bonne raison d’être en colère à cause de ça. Si l’alternative c’est d’être un paillasson et se laisser faire, alors je préfère être provocante. »

Parmi les sujets qui agacent Kendrick, c’est le nombre d’hommes engagés dans des films avant les femmes. Elle en a fait l’expérience récemment dans la comédie romantique sortie cet été, Mike and Dave Need Wedding Dates. De quoi ça parle ? Deux frères (Zac Efron et Adam DeVine) se conduisent tellement comme des idiots que leurs parents leur ordonnent de trouver des cavalières ‘respectables’ pour les accompagner au mariage de leur sœur à Hawaï. La recherche devient virale. Les frères ont l’air d’enfants de chœur en comparaison des ‘heureuses élues’ (Kendrick et Aubrey Plaza) : sexe, drogues et situations périlleuses. Non, je ne m’attendais pas à grand-chose non plus quand j’en ai entendu parler pour la première fois. Et étonnamment, Kendrick hoche la tête.

« Le réalisateur m’a dit que quand le projet a été annoncé avec Zac et Adam au casting, les gens ont dit ‘Bof, encore une comédie de mec, on n’en a pas déjà eues assez ?’ Ensuite, Aubrey et moi avons rejoint le projet, et cette fois les gens ont dit, ‘Oh, je vois, c’est cool.’ Le fait qu’ils choisissent deux actrices de comédie et pas deux mannequins donnent l’impression aux gens que c’est un peu plus sérieux, un quatuor. »

S’il s’agit d’un quatuor, pourquoi les garçons ont été engagés en premier ? Anna a lu le scénario avant même qu’il n’y ait un réalisateur confirmé. En fait, elle et Plaza étaient ‘en vu depuis un bon moment.’ « Je crois, vraiment, qu’il y a tellement de femmes tellement douées qu’on ne se fait pas trop de soucis pour trouver la bonne, » explique-t-elle. « C’est plus dur pour les gars : ça a été difficile d’arriver à Zac et Adam, qui travaillent si bien ensemble. Alors en un sens, je comprends pourquoi il faut les gars en premier. »

Contrairement à ce que je pensais, elle n’est pas très bavarde sur le sujet, et évite de parler du problème des différences de salaires hommes/femmes à Hollywood. Pourtant, sa réponse réfléchie en dit long. « C’est une conversation assez hasardeuse pour moi, parce que je peux faire une vraie conversation ou une diplomatique. Et la diplomatique vaut pas vraiment le coup. » Non pas qu’elle ait peur de s’exprimer au sein de l’industrie du film. En revenant en arrière, quand elle est arrivée dans le milieu (rappelez-vous son incroyable performance nominée aux Oscars en 2009 dans Up in the Air), elle souhaite ne pas avoir été ‘si terrifiée par les directeurs de casting.

« Ma famille était très investie dans la communication ouverte, » explique-t-elle avant d’aller plus loin. « Bizarrement, ça a eu comme effet pervers de ne pas me préparer à naviguer dans les aspects plus politiques du monde adulte. » Le tournant, dit-elle, a été le jour où elle s’est rendue à une audition en proclamant, « Je ne crois pas vraiment que je suis faite pour ce rôle mais je lirais ce que vous voulez, et vous pouvez me rappeler pour autre chose… j’ai eu une réponse géniale, j’aurais aimé faire ça depuis toujours, plutôt que [elle prend une voix soumise], ‘Merci beaucoup,’ [puis se fige] c’était marrant de nous faire perdre du temps à tous les deux. »

Son prochain film à sortir en salles est le film d’animation musical de DreamWorks, Trolls, qui, si la promo qu’elle a commencé avec Justin Timberlake des mois avant la sortie en octobre n’est pas grand-chose, sera énorme. N’attendez pas de la revoir dans un autre rôle chantant de si tôt. « Maintenant, j’ai cette période où on me propose des rôles musicaux, et je suis genre ‘Je peux pas. Sérieux, j’peux pas faire ça,’ » explique-t-elle. « Pour que je fasse une autre comédie musicale, ça devrait être spectaculaire. Into the Woods et The Last Five Years étaient des expériences extraordinaires et enrichissantes. Il y a quelque chose de transcendant pour moi dans les comédies musicales, mais je dois faire attention. » Ce genre de rôle implique également des compétences physiques. « J’ai dû prendre plus soin de moi, » explique-t-elle. « C’est de la torture, comme d’être dans une école très stricte. Pas d’alcool. Pas de nourriture épicée. Un anti acide en rentrant à la maison. C’est comme d’être un moine. »

Reprendre son rôle très populaire de Beca dans Pitch Perfect 3 ne sera pas aussi intense. Le tournage doit commencer… Kendrick n’en est pas très sûre. Cela devait être en mars, puis en avril, la dernière fois qu’elle en a entendu parler c’était septembre… il est évident que de ne pas savoir est source d’anxiété. « Je devrais être dans un état total de panique, je suis habituée à travailler plus fréquemment. Mais le monde n’a pas arrêté de tourner, je suis curieuse de voir si l’année prochaine je me remet en selle ou si je me dirais, ‘Oh mon dieu, ne pas faire cinq films par an est tellement plus facile que de tourner cinq films par an !’ »

« Je déteste ne pas être occupée mais quand je suis occupée, je suis tellement surchargée que je me demande pourquoi je me fais ça. » J’ai envie de lui en taper cinq pour dire à voix haute ce que pensent toutes les femmes, et pour le dire si bien. Son éthique du travail lui vient de sa mère comptable et de son père prof d’histoire. « Ils travaillaient tous les deux quand j’étais petite et ma mère ramenait de quoi manger. Je ne savais même pas que la maternité et paternité à rallonge étaient un problème jusqu’à récemment. Je me sens vraiment insensible à ce sujet, parce que je me dis ‘On a pris soin de moi tout le temps et je m’en suis sortie.’ Mais évidemment, ça ne rend pas les choses mieux. »

Elle explique qu’elle et ses co-stars de Pitch Perfect (dont Rebel Wilson et Brittany Snow) se considèrent plus comme une famille que comme des amies. « Pas de la façon mièvre, mais de façon réelle. Nous ne nous sommes pas choisies, mais si quelqu’un avait un grain contre l’une d’entre nous, aucune ne laisserait passer ça. Nous avons une conversation sur messenger, tout le monde y texte, des trucs comme ‘Je vous aime, vous me manquez…’, et moi j’essaye de penser à une blague à poster, parce que je ne suis pas si géniale avec la sincérité. Je suis genre ‘Foutez moi la paix.’ Ce n’est pas que je ne les aime pas, c’est juste que ça n’est pas ma personnalité. Il y a une photo que j’adore, où j’essaye de quitter le plateau de tournage sans dire au revoir et j’ai littéralement été agressée à coup de câlins. » Je plaisante en disant que quand cet interview sera fini je lui ferais un câlin et que ça la rendra mal à l’aise.

Instragrammeuse prolifique, je me demande ce que veux dire pour elle toute cette histoire de célébrité et de hashtag ‘squad’. Mais encore une fois, elle voit où je veux en venir. « Ça s’approche dangereusement de ‘Est-ce que Anna Kendrick vient de critiquer machin ?’ Je ne sais pas… Je ne sais pas si j’ai assez d’amis proches en tant que femme adulte pour dire que j’ai un gang ! Mes meilleurs amis sont ceux que j’ai depuis mon arrivée à LA. J’ai peu d’amis dont je sois très proche qui soient de nouvelles connaissances. »

Quand vous êtes Anna Kendrick, n’est-ce pas tout le monde qui veut être votre ami(e) ? Et à en juger la file de petites filles toutes excitées attendant pour un autographe devant la maison, vous n’êtes jamais trop jeune pour commencer. « Je fais encore de gros efforts pour ne pas jurer devant les enfants, » rit-elle. « Sur les réseaux sociaux, beaucoup de gens disent ‘J’ai l’impression de te connaître,’ mais si ce n’est rien, c’est bon pour moi, parce que quand j’interagis avec des gens et finis par dire quelque chose de bizarre, ils comprennent et ne sont pas mal à l’aise. Les gens comprennent mon sens de l’humour en avance. » C’est là que repose l’attrait d’Anna Kendrick, dans ses propres paroles inimitables. Et quand elle dit au revoir, et ne fait pas cette connerie de câlin hollywoodien, j’ai carrément compris.

Source

Tradution par Julia pour Anna Kendrick France, merci de créditer tout emprunt.

Comments are closed.

AnnaKendrickFrance
http://annakendrick-fr.com

disclaimer


Anna Kendrick France n'est pas le site officiel d'Anna Kendrick. Je n'ai aucun contact avec Anna, les membres de sa famille, de son entourage ou de son agent. Toutes les photos ainsi que les vidéos appartiennent à leurs auteurs respectifs, pour tous crédits merci de me joindre. Images and videos credits go to their respectives owners. Please contact me if there's a problem or before taking any legal actions.